Histoire

Depuis les années 1980  Hervé Corbon surnommé «Gibus» conçoit des parapentes sous le nom AirCross. Il a conçu le logo et a toujours été de l’avant avec des projets avant-gardistes. Les voiles étaient conçues et assemblées par lui-même et ses amis dans le nord-est de la France. Il avait fait cela uniquement pour le plaisir de voler avec un équipement sur-mesure!

Gibus a également été l’un des premiers concepteurs à mettre en œuvre ses idées avec l’aide d’ordinateurs dans son souci constant d’approcher la perfection!

Quand Gibus a sorti  l’U3 en 2000 et ses amis des Vosges ont pu se rendre   les années suivantes du potentiel que pouvait avoir cette voile de compétition. Du coup, ils se se joignirent à lui  pour commercialiser cette aile et sa déclinaison grand-public,  ils ont fondé AirCross SARL et vendus la U3 comme voile de compétition et la TriAlp avec une certification AFNOR. L’U3 a été la première voile dans sa catégorie, la première en  3 lignes avec un allongement de  7,4. La TriAlp utilisait aussi le concept de l’arc avec 3 lignes de points d’attache et  un allongement limité à 5.7.

En 2003, Gibus a dessiné et cousu une voile U3  n’ayant que deux lignes seulement,
il a été le premier à inventer et à voler avec une voile n’ayant que  deux lignes, mais sur ce premier prototype,  les lignes A et les lignes de B n`étaient pas positionné au meilleur emplacement générant quelques plis dans la voile, plus disgracieux que gênants.  Ceux qui ont vu Gibus ou d’autres voler avec ce prototype, ont été tout à fait étonné de voir qu’une telle construction pouvait fonctionner. Cette technologie inspirera ensuite les autres constructeurs pour les “2 lignes”.

La base de cette technologie repose sur l’utilisation de joncs en plastique formant un arc pour maintenir le profil et éviter les déformations, ce sont les fameux «Gibus archs” . Quelques années plus tôt, Gin avait utilisé ses joncs en plastique dans le bord d`attaque du parapente, il les a appelés Rigid Foil,  et aujourd’hui on les retrouve presque sur toutes les voiles du marché. Gibus et Gin ont réciproquement échangé leurs technologies.

En 2006, Gibus a commencé à concevoir le modèle successif de l’U3. L’ U4, avait un allongement de 8,4, ambitieux mais motivé par le désir de le passer ensuite en 2lignes. La même année, malheureusement, l`entreprise AirCross SARL a cessé son activité, cependant Gibus n’avait pas cessé de concevoir et de coudre lui-même son propre prototype U4. Dessiner la voile, tracer les plans de découpe, découper  le tissu,  coudre, couper les suspentes, les sangles des élévateurs, etc et assembler tout cela  prend énormément de temps,  de l’ordre de plus de 1000 heures de travail.

Au début de 2007, Konrad Görg, un pilote de compétition passionné, de la ligue allemande. À l’époque, l’importateur AirCross allemand était Skyline et Bernhard de Skyline avertit Konrad qu’il pouvait acheter U3 qu`il utilisait en compétition, mais que probablement, AirCross n’existerait plus dans l’avenir. Skyline aurait même aimé travailler avec Gibus, mais comme il ne parlait que français, la communication aurait été trop difficile. Quelques mois plus tard, c’est Konrad qui a pris contact avec Gibus, car il  s’était lancé, après avoir repris l’atelier Firebird / Edel, dans les révisions et les réparations de parapente du côté de Goslar en Allemagne du Nord, à Goslar. Pas loin de là où, dans les années 90, à l’âge de 18 ans, Konrad avait découvert le parapente dans les montagnes du Harz.

En plus du parapente, Konrad est très doué pour les langues, même s’il maîtrise mieux l’anglais ou le portugais, le français ne lui pose pas de problème. Il s`est mis en contact avec Gibus ce qui a abouti à une première réunion en octobre 2007 dans le Vosges, il a pu à l’occasion essayé le prototype de l’U4. Il fut si impressionné par son vol qu’il était convaincu que l’U4 devait être produit! D’autres pilotes de compétition avaient déjà essayé ce prototype et voulaient aussi acheter soit le prototype ou commander la voile de suite. C’est dans ces conditions que  Konrad et Gibus ont trouvé un accord, et que  Gin fut sollicité pour la production des voiles.

En 2008, l’U4 est entrée sur le marché et Gibus a créé la “petite soeur”, l’U Sport, qui allait être le modèle le plus réussi pour AirCross dans la classe EN D. L’ U Sport reprenait la conception de l’U4 mais avec un allongement réduit à 6,8. Plus de 400 voiles ont été construites, y compris la version U Sport Evo, une voile plus légères, qui est entré sur le marché en 2011.

Pour élargir sa gamme, AirCross a lancé l’U Fly, EN B, en 2010. Ce parapente peut également être équipé d`autres élévateurs avec des trims pour un usage  paramoteur.

Dans le même temps, le développement des voiles de la compétition s’était accéléré avec l’U5 puis l’U6,  des voiles avec deux lignes,… jusqu’à ce que, tout d’un coup, suite au championnat du monde de Piedrahita, les voiles non homologuées grand-public soient interdites.

En 2011, le développement, en classe C, de l’U Cross a commencé,  et à l’automne, Konrad a porté  son record personnel à 255 kilomètres au Brésil avec son prototype; Tobi, le chef d’atelier, qui est également à l’entreprise dès le début en a fait de même avec le second prototype.

Fin 2011 début 2012 deux autres concepteurs ont rejoint AirCross: Paul Amiell,plus de 20 ans d’expérience, a développé la voile U Prime en EN / LTF A, et  Julien, un jeune français, pilote d’accro, qui voulait se construire son aile acro à lui même et que Gibus a formé. Actuellement, Paul travaille  sur un biplace et une EN B ainsi qu’une version légère pour l`escalade. Il a également commencé sur un projet d’aile reflex pour le paramoteur. Ces voiles sont toutes en développement et seront sur le marché en 2014.

Nous sommes également heureux d’avoir Pascal comme  pilote test depuis 2011. En dépit de son jeune âge, c’est un pilote très expérimenté qui vole depuis qu’il a 9 ans et il a déjà eu une expérience de pilote d’essai pour une autre marque et il peut donner Gibus et Konrad des retours d’une nature différente  que ceux des pilotes de compétition.

Depuis 2013, nous avons un excellent successeur pour l’ U Sport  avec l’U Sport 2. C’était un challenge de faire mieux, mais la somme des petites améliorations donnent un très bon résultat. Cela reste une voile pour les pilotes “traditionnels” visant une EN-D “normale”. Une EN D tournée vers la compétition verra certainement le jour selon la visibilité sur les futures normes.

L’U Prime a été mis sur le marché et afin de travailler sur notre communication, Florian, qui a fait sa thèse de maîtrise dans ce domaine, à rejoint notre équipe pour améliorer la prise de conscience de la communauté du fort potentiel dans la marque à la main-d’oeuvre et la technologie derrière elle.